Quelle prise en charge du handicap ?

Un individu handicapé présente un manque physique ou mental. Selon l’OMS, « Une personne est dite handicapée quand il est constaté une régression partielle ou complète de son intégrité physique ou mentale ». Plusieurs facteurs sont à prendre compte tels, le facteur congénital, l’avancement en âge ou l’accident. Dans l’enfance, les personnes handicapées ne peuvent pas fréquenter normalement l’école. Étant adultes, elles ne peuvent pas accéder librement au monde professionnel.  Face à cette situation, ces personnes sont-elles prises en charge ?

Les différents types de handicap

La loi française du 11 février 2005 définit le handicap comme étant une incapacité pour une personne de participer à la vie de société, que ce soit à durée déterminée, à long terme ou définitif. Le handicap est considéré comme une notion sociale plutôt que médicale. Plus de six millions de personnes souffrent de handicap, mais avec des spécificités différentes.

Les types de handicap ci-après sont les plus courants.

  •  Le handicap mental ou déficience intellectuelle

Dû à un arrêt ou à une insuffisance du développement mental, le handicap mental génère une limitation des facultés et un niveau d’intelligence peu étendu.

  •  Le handicap auditif

Ce type de handicap concerne les personnes atteintes d’une surdité ou malentendants. Non visible, on peut considérer ce handicap comme « moins gênant ». Avec les nouvelles technologies, plusieurs gammes de kit auditif sont proposées aux personnes atteintes de ce handicap pour les aider à pallier leurs problèmes d’audition.

Des dispositifs sont également mis en place pour aider ces personnes, comme la LSF, langue des signes française, avec laquelle les sourds et les malentendants expriment leur pensée et leur désir. Il y a également l’oralisation pour les intégrer au mieux au monde des entendants.

  • Le handicap visuel

Ce handicap touche les personnes aveugles ou atteintes de malvoyance. Notons que celles-ci développent plus amplement leurs autres sens, par exemple, le toucher, pour l’apprentissage et la maîtrise de l’alphabet Braille, leur permettant de lire. Les personnes aveugles peuvent utiliser la canne blanche ou le chien-guide.

  •  Le handicap moteur

C’est un handicap englobant tous les troubles de dextérité et de paralysie… induisant à une motricité réduite totale ou partielle. Dans cette catégorie, 45 % se déplacent en fauteuil roulant et 50 % dépendent d’une autre personne pour les gestes existentiels.

  • L’autisme et les troubles envahissants du développement

Concernant un trouble envahissant du développement, l’autisme apparaît très généralement avant l’âge de 3 ans.

  • Le handicap psychique

Ce handicap se différencie du handicap mental par sa source. Le handicap mental apparaît à la naissance et le handicap psychique apparaît souvent à l’âge adulte et suite à des causes non identifiables. Celui-ci nécessite souvent la prise de médicaments pour réguler et réadapter les capacités à penser et à décider de la victime.

  • Le plurihandicap

C’est l’ensemble de deux handicaps moteur et/ou sensoriel, comme la surdi-cécité par exemple.

  • Le polyhandicap

À la fois atteintes de déficience mentale et motrice, les personnes polyhandicapées sont les plus dépendantes de toutes car ils ne peuvent rien faire sans l’aide d’une tierce personne.

Les traumatismes crâniens

Les traumatismes crâniens sont légers s’il n’y a pas de perte de connaissance et pas de fracture du crâne. Ceux-ci sont moyens s’il y a perte de connaissance de quelques minutes, et graves quand la personne affectée tombe dans le coma.

  •  Les maladies dégénératives

Ce sont des maladies génétiques qui évoluent progressivement, entraînant un handicap important, comme les myopies, la mucoviscidose, la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques.

  • Les troubles DYS

Réunissant les troubles cognitifs entraînant des troubles des apprentissages, les troubles DYS se manifestent souvent au cours du développement d’un enfant avant ou pendant ses premiers apprentissages. Ceux-ci peuvent avoir des répercussions sur sa vie scolaire, professionnelle et même sociale.

Quelles sont les aides et prises en charge pour les personnes handicapées ?

 

 

L’État verse aux adultes handicapés une indemnité, soit sous forme de pension d’invalidité soit comme une allocation (par exemple, l’AAH : Allocations aux Adultes Handicapés) pour leur permettre d’avoir un revenu minimal de survie.

  • Tout le monde peut-il bénéficier de l’AAH, Allocations aux Adultes Handicapés et comment ?

L’âge minimum pour toucher cette allocation est de 20 ans (exceptionnellement à 16 ans). Il faut être au moins handicapé à 50 % pour en bénéficier. Si les ressources mensuelles de la personne handicapée ne dépassent par un certain plafond, l’AAH peut atteindre 860 €. Selon la situation, un supplément de 104,77 € ou 179,31 € est probable. Adressez-vous à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de votre quartier pour de plus d’informations.

La demande doit être adressée à la MDPH. Puis la CAF ou la MSA versera l’allocation. Vous pouvez aussi vous adresser à votre caisse d’assurance maladie (CPAM, MSA ou Sécurité sociale) pour faire votre demande. Le service social de l’Assurance maladie peut également vous soutenir durant votre passage en invalidité et vous proposera des idées sur votre nouveau projet de vie. De même, l’action sanitaire et sociale de l’Assurance maladie permet d’obtenir une aide financière en complément des autres prestations.

  • Qui peut en faire la demande ?

Si vous êtes en situation de handicap, vous pouvez directement faire la demande. Ou sinon, votre médecin traitant peut adresser un certificat médical certifiant votre état à la Caisse d’assurance maladie. Après deux mois d’étude et d’enquête, la Caisse d’assurance maladie vous communiquera sa décision.

Le montant sera fixé en fonction de votre revenu annuel durant vos 10 meilleures années d’activité (revenus soumis à cotisations). Ce montant dépend toutefois du type d’invalidité, que vous soyez apte à travailler partiellement et aussi à votre capacité à effectuer les gestes essentiels de la vie quotidienne.

En conclusion, que vous soyez handicapé, ou que vous vous occupez d’une personne handicapée, n’hésitez pas à vous rendre auprès des organismes sociaux ou différentes associations sociales de votre quartier pour vous renseigner sur les aides allouées aux personnes invalides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *